Wikifier les ressources éducatives

L’ambition de l’Encyclopédie

Savez-vous ce qu’est une encyclopédie ? C’est un ouvrage où est exposé méthodiquement l’ensemble des connaissances humaines disponibles, dans le but de diffuser le savoir auprès du public.

Celle qui est souvent considérée comme la première des encyclopédies, l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, est aussi une des plus célèbres. Ouvrage majeur du XVIIIe siècle, le « siècle des Lumières », elle fut écrite par un groupement de philosophes au cœur du mouvement culturel des Lumières - les philosophes des Lumières.

Ces philosophes avaient la volonté de mettre le savoir à la portée de tous. Ils voulaient faire progresser l’Humanité par le savoir et l’éducation. L’Encyclopédie est le résultat de cette volonté de rassembler toutes les connaissances disponibles afin de les diffuser plus vastement.

Grâce aux encyclopédies, des gens qui ne connaissent rien à un sujet peuvent apprendre des plus grands experts du domaine, juste en achetant un livre. L’expert, lui, a juste à écrire son article une fois, et après, un nombre incroyable de personnes peut avoir accès à ses connaissances ; connaissances auparavant « enfermées » dans la personne physique de l’auteur ou d’une poignée de connaisseurs. Le savoir est donc diffusé à grande échelle.

Les défauts du format imprimé

Bien que la diffusion des connaissances soit une des meilleures manières de faire progresser la société, et malgré l’impact incontestablement positif qu’ont eu les encyclopédies, elles ne sont pas exemptes de défauts. Le format imprimé en particulier pose divers problèmes.

Premièrement, le public qu’il atteint est par nature assez restreint, puisque déjà assez favorisé et cultivé pour faire la démarche d’en acquérir une, et pour en avoir les moyens.

Deuxièmement, les encyclopédies papier sont tout sauf facile à consulter. Massives et encombrantes, on les a rarement sur soi au moment où l’on a besoin d’une information. De plus, même si l’on en a une à portée de main, trouver cette information est long et fastidieux. Souvent, l’inconfort de consulter l’information l’emporte sur la curiosité ou le désir d’y accéder. Ce manque de facilité d’utilisation fait que les gens accèdent moins au savoir et se cultivent moins, ce qui n’est en aucun cas dans l’intérêt de la société.

Ensuite, le modèle éditorial impliqué par le format papier est loin d’être optimal. En termes de qualité et d’exhaustivité du contenu produit, les quelques centaines d’experts mobilisés pour l’écriture d’une encyclopédie traditionnelle sont largement dépassés par un procédé d’écriture collaborative impliquant plusieurs millions de personnes. Une telle écriture collaborative permet à tout le monde d’apporter et de partager ses propres connaissances. De plus, toutes sortes de fautes, d’imprécisions ou de mauvaises formulations peuvent être rectifiées simplement en permettant aux lecteurs de les signaler, ou mieux, de les corriger.

Pour finir, le format imprimé rend l’information figée. Une fois un ouvrage publié, plus aucune mise à jour ou correction n’est possible. Le contenu au format papier est condamné à l’obsolescence. Par contraste, un contenu publié sous forme de wiki est en constante évolution. Les wikis permettent non seulement de corriger les potentielles fautes, mais aussi de mettre à jour le contenu et de l’améliorer continuellement. Le tout en rendant les améliorations disponibles pour tout le monde instantanément, automatiquement et gratuitement.

Un nouveau format

Les encyclopédies sont donc un concept génial, mais elles sont limitées dans leur impact et dans leur qualité par le format papier. Au tout début des années 2000, un nouveau format pour la publication de contenu écrit a émergé, et il a été utilisé avec grand succès pour les encyclopédies. Un format qui résout tous les problèmes que l’on vient d’énumérer. Ce format, c’est le wiki. Mais qu’est-ce que c’est, exactement, un wiki ?

Un wiki, c’est un format qui permet l’édition de contenu de manière collaborative. Concrètement, c’est un site web qui permet à ses visiteurs de modifier et d’améliorer son contenu. Par exemple, Wikipédia est une encyclopédie sous forme de wiki. Et elle résout bien tous les problèmes que l’on vient d’énumérer :

  • La publication gratuite sur le Web et sous licence libre rend les connaissances accessibles au monde entier. Wikipédia n’a pas seulement rendu plus facile la consultation des encyclopédies à ceux qui les utilisaient déjà. Wikipédia a rendu disponible une quantité énorme de connaissances à une partie du monde et de la population qui n’y aurait pas eu accès autrement – et cette libération du savoir donne lieu à des choses incroyables.
  • Les connaissances sont consultables facilement et instantanément. On peut effectuer des recherches, partager et réutiliser le contenu comme bon nous semble.
  • Wikipédia permet au monde entier d’ajouter ses propres connaissances et son contenu est constamment amélioré. On a un meilleur modèle éditorial et l’information n’est plus figée.

En fin de compte, Wikipedia et les wikis en général sont des machines à diffuser de la connaissance. Ça tombe bien, c’est quelque chose dont on a de plus en plus besoin, et c’est un des fondements de l’économie de la connaissance. Comme le dit Idriss Aberkane, « L’économie de la connaissance est basée sur les flux, pas sur les stocks. Donc il faut faire en sorte que la connaissance circule plus vite, mieux. Aujourd’hui on produit plus de connaissance que l’on peut en faire circuler. L’humanité produit de la connaissance de manière exponentielle. La quantité mondiale de connaissance double tous les sept à neuf ans, donc le premier enjeu, c’est de la faire circuler plus vite. ».

Et les wikis font circuler mieux et plus vite la connaissance, en permettant à tout un chacun de partager la sienne et de consulter celle des autres. Le tout gratuitement, librement, instantanément et partout dans le monde.

Mais le simple fait que le contenu soit sous forme de wiki ne suffit pas à apporter tous ces avantages. Le modèle économique, l’ouverture et surtout les valeurs de Wikipédia sont également nécessaires. Pour diffuser des connaissances, un wiki ouvert à quelques personnes seulement et dont l’accès est payant ne présente aucun intérêt.

Des wikis pour diffuser d’autres connaissances

Les encyclopédies ne sont pas vraiment ce dont je voulais vous parler ici, mais j’ai trouvé le parallèle intéressant à faire pour amener le vrai sujet de cet article : les cours et les manuels scolaires.

Exactement comme les encyclopédies, ce sont des bouquins ayant pour vocation de diffuser des savoirs. Et si on regarde de plus près, on se rend compte que les cours et les manuels scolaires posent exactement les mêmes problèmes que les encyclopédies imprimées – problèmes résolus par les wikis et l’ouverture de Wikipédia :

  • Public restreint (limité aux élèves d’une certaine année)
  • Potentiellement moins pratique à consulter qu’un format numérique, qui peut être utilisé à tout moment et en toutes circonstances plus facilement qu’un classeur ou un livre de cours
  • Un modèle éditorial améliorable : chaque professeur prépare et écrit son propre cours, ou bien quelques associés dans le cas des manuels scolaires
  • Un contenu non améliorable une fois imprimé

Alors pourquoi ne pas reprendre l’idée derrière Wikipédia pour l’appliquer aux cours ? C’est le même type de média et les mêmes problèmes se posent, alors surement qu’une solution similaire présenterait des avantages tout aussi considérables.

Le Wikipédia des cours

Je pense qu’un impact incroyablement positif pourrait résulter de la création d’un « Wikipédia des cours » : un répertoire de cours, disponible gratuitement sur le Web, améliorable par tous, et utilisable sans restrictions (sous licence libre). J’ai donc entrepris de créer l’ébauche d’un tel site Web.

Je verrais ça comme une plateforme destinée autant aux professeurs qu’aux élèves. D’un côté, les élèves pourraient s’en servir pour réviser, apprendre leurs cours et mieux les comprendre. Un peu comme les bouquins de révision avec cours, fiches de révision et exercices, mais avec tous les avantages du Web et des wikis. De l’autre côté, les professeurs pourraient s’en servir pour préparer leurs cours, évitant ainsi que chaque professeur ne réinvente la roue et prépare, tout seul, à partir de zéro, le même cours que des milliers d’autres. Actuellement, chaque professeur essaie, avec plus ou moins de succès, de créer son propre cours, avec ses propres illustrations, formulation, exercices et contrôles. Pourquoi ne pas mutualiser ce travail ? Le contenu produit serait de meilleure qualité et beaucoup de temps serait gagné.

On trouve actuellement très peu de cours ou de ressources éducatives en général sur le web, et celles disponibles sont éparpillées, de qualité variable, présentant une forme repoussante, payantes ou verrouillés par des copyrights. Le but de ce site est d’être une ressource unique regroupant des cours de qualité, bien présentés et bien expliqués.

Dans l’idéal, je l’imaginerais comme une sorte de mélange entre la Khan Academy, avec leurs tests interactifs et leurs vidéos (qui rendent tout aussi facile de réviser ses cours que de traîner sur YouTube), Kartable, qui centralise des cours bien présentés et pour toutes les matières en un seul endroit, et les MOOCs, avec leur communauté d’étudiants qui s’entraident sur des forums.

Et publier des cours sur le Web n’est pas pour moi une fin en soi, mais sera, je l’espère, une étape pour aller vers un renouveau de l’enseignement et un meilleur système éducatif.

En classe, un temps énorme est passé à recopier la leçon. Si des cours de qualité sont disponibles librement sur le Web, les professeurs perdront moins de temps à réinventer la roue, les élèves ne perdront plus de temps à recopier la leçon, et en passeront plus à l’apprendre et à la comprendre. Les leçons pourront aussi être lues et assimilées par les élèves avant d’aller en cours, et les cours pourront alors cesser d’être une séance de dictée et devenir un échange entre les élèves et le professeur, bien plus utile et bien plus efficace pour apprendre.

Utiliser la majeure partie du temps où les professeurs et les élèves sont ensemble pour recopier la leçon, c’est mal utiliser ce temps. Certes, copier la leçon peut aider à l’apprendre. Mais copier la leçon a pour but que chaque élève en ait un exemplaire. Alors autant utiliser la méthode la plus efficace pour atteindre ce but. Et si recopier le cours aide les élèves à apprendre, parfait ! Mais chacun utilise la méthode qui lui convient le mieux pour apprendre le cours : l’expliquer à quelqu’un d’autre, faire des fiches de révision, faire des exercices, recopier la leçon à la main, l’écouter en audio, etc.

Que les élèves ne soient pas obligés de perdre le temps précieux et limité qu’ils ont avec leurs professeurs à faire une tâche qu’ils pourraient très bien faire tous seuls et dont tout le monde n’a pas besoin. Il serait bien plus profitable d’utiliser ce temps privilégié pour autre chose : pour que les élèves posent des questions et essayent de mieux comprendre le cours, pour que les professeurs leur montent des applications concrètes de ce qu’ils apprennent (chose dont ils sont particulièrement friands), ou bien encore pour qu’ils transmettent aux élèves le goût de ce qu’ils apprennent, essentiel pour bien apprendre. Choses pour lesquelles l’enseignant est non seulement nécessaire, mais aussi probablement la personne idéale, contrairement au recopiage du cours.

Donc, pour ceux qui pourraient y opposer ce genre d’arguments, non, un tel outil ne va en aucun cas remplacer les profs, bien au contraire.

Là où le professeur apporte de la valeur, c’est en expliquant mieux la leçon, à travers des exemples concrets et en s’adaptant à ce que les élèves ont compris ou pas, en répondant aux questions de ces derniers, en leur transmettant leur passion et en développant leur curiosité et leur envie d’apprendre. Et ça, aucun site Web ou robot ne peut le faire à leur place.

Et je ne suis pas le seul à penser de cette manière. Sal Khan, le fondateur de la Khan Academy, a donné deux très bonnes TED Talks sur le sujet, que je recommande chaudement : Utilisons les vidéos pour réinventer l’éducation, qui traite de comment mieux utiliser le temps où professeurs et élèves sont réunis, et Enseignons pour la maîtrise, pas les résultats aux examens, où il explique sa vision pour éviter que les élèves à accumulent des lacunes tout au long de leur parcours scolaire jusqu’au jour où elles les empêchent d’avancer. Il a même écrit un livre sur sa vision de l’avenir de l’éducation, The One World Schoolhouse, et il sait de quoi il parle, il dirige une école en ligne ayant plus de 40 millions d’élèves dans le monde entier!

Wikicours

Pour lancer ce site, j’ai choisi comme nom « Wikicours », un nom selon moi assez explicite exprimant à la fois le contenu disponible (des cours) et son format (le wiki).

Au début, le site sera extrêmement rudimentaire et les cours incomplets, mais je préfère mettre en place seulement le minimum vital et l’améliorer ensuite en fonction des retours des utilisateurs. Mon but est de couvrir la plupart des matières du collège au lycée, et puis éventuellement d’ajouter d’autres sections, telles que des conseils pédagogiques pour les professeurs, des guides pour accompagner les élèves et leurs parents durant les études, ou encore du contenu hors programme mais qui complèterait bien les cours.

Que vous soyez professeur, élève, développeur Web ou juste curieux, vous pouvez aider ! Tout le monde peut y contribuer et améliorer autant le site lui-même que le contenu, tout sera expliqué bientôt dans un autre article !

Que vous soyez professeur, élève, développeur Web ou juste curieux, vous pouvez aider ! Tout le monde peut contribuer et améliorer autant le site lui-même que le contenu. Tout sera expliqué bientôt dans un autre article !

Le site sera bientôt disponible à wikicours.org, dans quelques mois tout au plus. (Pour l’instant cette adresse ne renvoie vers rien et c’est normal : le site n’existe pas encore.)

Le code source du site sera publié sur GitHub sous licence MIT, tout comme le contenu des cours, qui sera probablement sous licence Creative Commons.

Et vous, penseriez-vous utiliser un tel site, ou même y contribuer, et si oui comment ? Dites-le-moi dans les commentaires, j’adorerais savoir ce que vous en pensez !

English translation available at http://thomaskuntz.org/wikifying-educational-resources.